Peuples de l'Omo. Différents ?... Pas vraiment.

Exposition photographique dans les jardins

Abbaye de Daoulas

Temporary exhibition

  • La diversité selon Hans Silvester
    © Hans Silvester
  • La diversité selon Hans Silvester
    © Hans Silvester
Print

Information

2014 March 28 - 2015 January 04
General public

How to visit

Un événement inédit marque le printemps 2014 à l’Abbaye de Daoulas : l’exposition d’une trentaine de photographies de grand format de Hans Silvester s’installe dans les jardins à partir du 28 mars.

Fervent défenseur de la nature, Hans Silvester retourne chaque année depuis maintenant onze ans dans la basse vallée de l’Omo, un territoire aux confins de l’Éthiopie, du Kenya et du Soudan. Son premier voyage était motivé par le désir de connaître la vallée du Rift, berceau de l’humanité, « de comprendre pourquoi et comment tout avait commencé là » et de photographier les habitants, gardiens de notre patrimoine commun. Cette zone très difficilement accessible est aujourd’hui peuplée d’une quinzaine de tribus nomades ou semi-nomades n’ayant jusqu’alors guère été confrontées au monde moderne et à la mondialisation, si ce n’est brutalement avec la guerre civile au proche Soudan impliquant un gros trafic d’armes.

Cette exposition photographique intervient dans le cadre du projet culturel de l’Abbaye comme la suite logique de l’exposition « Tous des sauvages ! » qui interroge notre rapport à l’autre et à la différence. Sans objectif de démonstration, elle s’impose avant tout par la force des images, leur beauté formelle et leur impact émotionnel. Elle présente un regard sensible sur notre humanité, en particulier, sur les enfants porteurs à la fois de nos quotidiens et de nos espérances.

De grands visages peints avec des argiles colorées accueillent le visiteur dès l’entrée de l’Abbaye. Un parcours photographique dans les jardins commenté par Hans Silvester permet de poursuivre la découverte de ces peuples si différents de nous – mais moins qu’il n’y paraît : des enfants qui jouent à la balle comme le font les nôtres, des mères et leurs enfants comme tant de mères et enfants partout ailleurs. Pourrait-on dire comme Jules Renard dans son Journal : « Je ne dirai pas comme Jean-Jacques Rousseau : « Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. » Non, non ! Je suis fait comme tout le monde et, si j’arrive à me voir dans ma glace, solidement accrochée, je verrai l’humanité presque toute entière. »

See also

  • ON THE BANKS OF THE AULNE DURING THE BELLE ÉPOQUE

    Trévarez 25 Feb - 09 Jan

    ON THE BANKS OF THE AULNE DURING THE BELLE ÉPOQUE

    Temporary exhibition
    Au jardin

    The exhibition, open since the spring of 2020, has been added to with a dozen photographs, thereby revealing more of the collection of almost two hundred photographic plates...

    The exhibition, open since the spring of 2020, has been added to with a dozen photographs, thereby revealing more of the collection of almost two hundred photographic plates...
  • FREEWHEELING

    Trévarez 25 Feb - 09 Jan

    FREEWHEELING

    Temporary exhibition
    Au jardin

    Invited by the residential care facility Ker Arthur de Châteauneuf-du-Faou, actress Séverine Valomet and photographer Éric Legret have created a system combining images and words,...

    Invited by the residential care facility Ker Arthur de Châteauneuf-du-Faou, actress Séverine Valomet and photographer Éric Legret have created a system combining images and words,...
  • CHRISTMAS AT TRÉVAREZ

    Trévarez 20 Nov - 09 Jan

    CHRISTMAS AT TRÉVAREZ

    Temporary exhibition
    Event

    The story of a puppet so lifelike it troubles all those who meet it. In this revisited version of the classic tale, Fanch Gépétao, a clog maker in Saint Goazec, creates Pinoc’h,...

    The story of a puppet so lifelike it troubles all those who meet it. In this revisited version of the classic tale, Fanch Gépétao, a clog maker in Saint Goazec, creates Pinoc’h,...